dplbdljfigcnifbc

affiche2018 groen

                                 Meer info...

Femenisme

                                Meer Info...

Logo Coord Blokkade kl

                                    Meer Info

Affiche C50

TTIP CETA

Meer info

flyer voorkant

Meer info

Delen van artikels

Ces dernières années, cette problématique, qui fut jusqu'à présent essentiellement une préoccupation des organisations de développement comme Oxfam et 11.11.11, a attiré l'attention d'un plus large public, suite à la discussion sur le TTIP (1). Vinrent ensuite le CETA (2) et le TISA (3) et récemment surgit le JEFTA (4). Tous ces Traités se heurtent à une large résistance des citoyens et des associations. Récemment, on a mis en évidence l'alternative présentée aux Nations-Unies : un Traité qui obligerait les multinationales à respecter les normes sociales et écologiques. (5) Le Forum Gauche Ecologie (FGE) souscrit aux positions des mouvements citoyens concernant ces Traités, mais veut aussi réfléchir aux causes profondes de cette problématique.


Pourquoi les TTIP, CETA, TISA, JEFTA ... doivent-ils être stoppés ?


Une large coalition belge (6) de syndicats, de mouvements agricoles, d'organisations de développement, de consommateurs et de protection de l'environnement mène camapgne depuis 2015 contre le CETA (et contre le TTIP entre-temps paralysé par Trump). En résumé, les arguments sont les suivants : 1) les énormes avantages que reçoivent les multinationales par rapport aux autorités et aux entreprises locales (petites et moyennes), notamment l'agriculture familiale ; 2) la tendance au nivellement vers le bas des normes de qualité en matière d'alimentation et d'environnement ; 3) la disparition de la protection d'un grande nombre de produits locaux ; 4) le manque de preuve des effets positifs sur l'emploi ; 5) la privatisation des services publics (7).


Le FGE souscrit à ces critiques et s'est engagé à plein dans les actions contre ces Traités.


Un point de vue radical rouge et vert sur le commerce international et les investissements


Comme mouvement radical, nous avons, dans notre ADN, de creuser à fond les phénomènes sociétaux (radical vient du latin radix =racine). Dans cette recherche, nous sommes arrivés à la conclusion que ces Traités sont fondamentalement inacceptables, simplement parce que leurs objectifs sont mauvais.
Les objectifs de ces accords n'ont, selon nos sources, jamais été explicitement formulés par leurs partisans. De ce que nous avons entendus comme plaidoyés au cours des années, ils visent à


1. plus de commerce international
2. plus d'investissements
3. plus de croissance


Plus de commerce international ?


Plus de commerce international signifie plus de transport. Plus de transport signifie, jusqu'à nouvel ordre, plus d'émissions de gaz à effet de serre, donc une plus grande accélération du réchauffement climatique.


Selon nous, cela n'est pas compatible avec les objectifs climatiques acceptés internationalement (Paris 2015, Marrakech 2016).


Des spécialistes du climat nous avertissent actuellement de l'arrivée d'un  »point of no return », notamment en raison de la fonte des glaces du pôle Nord ou, encore plus dangereux, la fonte du permafrost en Sibérie (avec la libération massive de méthane, avec un effet de serre plus important que le CO2).


Arrivé à ce « point of no return » ou « tipping point », nous entrons dans une spirale continue de réchauffement climatique encore plus rapide, avec ses suites catastrophiques.


Dans cette situation, des mesures doivent être prises pour diminuer le transport et certainement pas pour le faire augmenter.


Plus d'investissements internationaux ?


Les investissements internationaux, en pratique opérés par les multinationales, peuvent déboucher sur un emploi considérable et un développement régional. La durabilité n'est toutefois pas garantie (cfr Opel, Ford, Caterpillar...).


Par ailleurs, ces multinationales acquièrent une influence politique énorme, qui leur permet d'influer sur les lois et les règlements à leur avantage, par exemple pour affaiblir les normes environnementales et pour ne payer que peu ou pas d'impôts.


Tant du point de vue de l'environnement que pour des considérations sociales, il faut choisir de développer l'économie de proximité.


Plus de croissance ?


Quand les médias et les autorités (tant nationales qu'européennes) parlent de croissance, ils entendent la croissance du PIB (produit Intérieur brut). Si l'on parle du déficit budgétaire, ce n'est pas de la différence entre les revenus et les dépenses des autorités, mais du rapport de cette différence à l'égard du PIB. Il en est de même avec la dette publique: on ne parle pas du montant absolu de cette dette mais du rapport de ce montant à l'égard du PIB.


Cette sorte de croissance signifie en fait :


• Plus de production
• Plus de consommation
• Plus de gaspillage
• Plus d'épuisement des matières premières irremplaçables
• Plus d'atteinte à l'environnement et de dérèglement climatique
• Plus de dommages à la santé


Pour cette sorte de croissance, qui nous mène vers le précipice, nous disons : non merci ...


Les alternatives aux accords actuels de libre échange et d'investissements


Nous ne sommes pas hostiles par principe au commerce international et aux investissements. Nous sommes favorables à des accords internationaux qui offrent des garanties pour les droits des personnes et les droits sociaux et la protection de l'environnement.


Des discussions sont en cours notamment dans le cadre des Nations Unies, à l'initiative de l'Afrique du Sud et de l'Equateur. Jusqu'à présent, cette initiative reçoit, malheureusement peu ou pas d'appui de la part de l'Europe.


Participons aux actions des mouvements citoyens et des associations et interpellons nos politiques à ce propos.
On peut trouver des informations supplémentaires sur cette problématique et sur les actions en la matière entre autres sur www.lef-online.be


Notes
1 TTIP : Transatlantic Trade and Investment Partnership. Traité sur le commerce et les investissesments entre l'UE et les Etâts Unis
2 CETA : Comprehensive Economic Trade Agreement, Traité sur sur le commerce et les investissements entre l'UE et le Canada
3 TISA : Trade in services agreement. Traité sur le commerce des services, entre l'UE et 23 autres pays.
4 JEFTA : Traité sur le commerce et les investissements entre l'UE et le Japon
5 http ://www.treatymovement.com/
9 pour la composition complète de cette coalition, voir www.stopCETA.be
7 pour une discussion plus étoffée, voir www.stopCETA.be