ManifpostConfAfficheA3NL

ManifpostConfAfficheA3

de lOxygene pour Cuba

Visual facebook

46E324B018E144D8B7E7637B856696D8

MYM insta

90519931 10221440679026334 122351656779120640 o

ea908743 d60e 421f 9715 698442c97e33

Delen van artikels

Maru Rodriguez Reyes FR 0Je m’appelle María del Carmen Rodríguez Reyes. Tout le monde m’appelle Maru. Je suis la cheffe de l’Office de Coopération de la CTC Nationale et je m’occupe des Projets et Donations. De plus, j’ai un cabinet parce que je suis psychologue de profession et je donne des cours de psychologie à l’Université de La Havane. On m’a invité de parler sur les effets du blocus que les États-Unis nous impose déjà plus de 60 ans.

Au niveau professionnel il y a beaucoup de difficultés pour travailler. Dans mon cas, la voiture du bureau est très obsolète avec beaucoup de dégâts techniques. Il faut la réparer tout le temps. Il y a un manque de fournitures pour le travail : de papier, de cartouches d’encre, etc. Grâce à la solidarité, ces problèmes se sont atténués . Cela vaut pour tous les bureaux de la CTC. Il y a aussi des problèmes avec le transport, avec l’infrastructure, bien que la CTC fait de son mieux pour entretenir tous les locaux.
Au niveau familial il y aussi un problème, parce que tout le monde doit aller chercher les produits essentiels qui deviennent de plus en plus rares, comme les produits de nettoyage et la nourriture. Pour les femmes, la double journée complique la tâche encore plus. En tant que femme, vous n’avez pas seulement votre travail, mais après vous devez faire les courses pour la famille, cuisiner, nettoyer et là aussi les produits deviennent de plus en plus rares.

Je pense que le blocus se fait sentir partout et à tous les niveaux. Actuellement, avec la pandémie, cette situation horrible qui affecte le monde entier, le blocus devient un génocide pour moi. Nous sommes isolés, le gouvernement nous appelle à rester chez nous, à travailler à domicile. Avec beaucoup de sacrifices aussi, car tout le monde n’a pas la possibilité d’avoir accès à Internet, ou à des données. Pour le Cubain moyen, cela coûte assez cher, mais il y réussit tout de même parce qu’il se dévoue pour son travail. Or, les queues d’attente pour acheter des produits de base, des aliments, et surtout des protéines, vont à l’encontre de la nécessité de nous isoler, de ne pas propager le virus.
Le Ministère de la Santé Publique, ainsi que le gouvernement, ont pris toutes les mesures. L’intérêt de prendre soin de la santé de tous les Cubains est bien là. Il y a des mesures qui me semblent logiques, comme la quarantaine des personnes qui arrivent, des personnes qui ont été en contact avec les personnes contaminées. Mais, évidemment, des mesures alternatives ont également été prises pour assurer certaines fournitures indispensables subventionnées, réglementées et contrôlées. Mais, il en existe d'autres produits que le pays ne peut pas fournir à tout le monde, car cette possibilité n'existe pas.

Simultanément à cette lutte mondiale dont l’objectif est de sauver les vies, il y a des gouvernements, comme celui des Etats-Unis, qui ne comprennent pas que ce sont des moments où la solidarité est indispensable. Ils reçoivent maintenant de l’aide de la Chine et de la Russie. Nous, ils ne peuvent pas nous aider. Ils nous bloquent. Pensez à la question des combustibles dont l’approvisionnement est coupé depuis septembre. Pour moi, ce n’est pas un blocus, mais un génocide et cela va à l’encontre de toute valeur humaine.

Source: https://nonaublocus.be/article/maru-actuellement-avec-la-pandemie-le-blocus-devient-un-genocide