hands off assange banner 130x80 justice4assangeWEB

Inhuldiging Leuven

de lOxygene pour Cuba

Visual facebook

46E324B018E144D8B7E7637B856696D8

MYM insta

90519931 10221440679026334 122351656779120640 o

ea908743 d60e 421f 9715 698442c97e33

Delen van artikels

9665be632e9b3893c7af487253e51fLe 30 août 2020, le service du procureur général de la sûreté de l’État (SSSP) a interrogé de manière arbitraire la militante et avocate spécialiste des droits humains Mahienour el Masry, placée en détention pour des accusations d’« association avec une organisation terroriste » dans le cadre de l’affaire n° 855/2020 récemment ouverte.

COMPLÉMENT D'INFORMATION:


J'AGIS

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

Monsieur le Procureur général,

Je vous écris afin de vous faire part de mon inquiétude au sujet de la détention arbitraire de la militante et avocate spécialiste des droits humains Mahienour el Masry. Amnesty International la considère comme une prisonnière d’opinion, détenue depuis le 22 septembre 2019 uniquement en raison des activités pacifiques qu’elle mène pour défendre des victimes de violations des droits humains.

Le 30 août 2020, Mahienour el Masry a comparu devant le service du procureur général de la sûreté de l’État (SSSP) et a été interrogée au sujet d’investigations menées dans le cadre d’une nouvelle affaire (n° 855/2020). Elle a été initialement accusée d’« association avec une organisation terroriste », de « publication et diffusion de fausses rumeurs » et d’« utilisation abusive de plateformes de communication ». Selon ses avocats, le procureur de la sûreté de l’État avait tout d’abord affirmé que Mahienour el Masry communiquait avec des individus à l’extérieur de la prison en vue de répandre des rumeurs et de fausses informations, assurant qu’elle y parvenait lorsqu’elle faisait de l’exercice dans la cour de la prison, lors des audiences au tribunal et lors de comparutions devant les services du procureur. Ses avocats ont fait valoir que les accusations portées à son encontre étaient sans fondement étant donné que l’accusée, comme les autres détenu·e·s, a été coupée du monde extérieur du 10 mars au 22 août en raison de la suspension des visites en prison découlant des craintes de propagation du COVID-19. À la fin de l’interrogatoire, le SSSP a ordonné sa détention pendant 15 jours, dans l’attente des investigations sur le chef d’« association avec une organisation terroriste » et a abandonné les autres chefs d’accusation.

Le ministère de l’Intérieur a de nouveau autorisé les visites en prison le 22 août 2020, en conservant certaines restrictions. Le 5 septembre, la mère de Mahienour el Masry a pu lui rendre visite à la prison d’al Qanater. La visite a eu lieu dans le bureau du chef des investigations, en sa présence et en présence d’un autre agent. Sa mère a déclaré qu’elle était en bonne santé.

Je vous demande de libérer immédiatement et sans condition Mahienour el Masry et d’abandonner toutes les charges retenues contre elle. Dans l’attente de sa libération, je vous prie instamment de veiller à ce qu’elle puisse communiquer régulièrement avec sa famille et ses avocats, en privé. Enfin, j’appelle les autorités égyptiennes à libérer immédiatement toutes les personnes détenues uniquement pour avoir exercé sans violence leurs droits à la liberté d’expression et de réunion, et à prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé de toutes les personnes détenues pendant la pandémie de COVID-19.

Veuillez agréer, Monsieur le Procureur général, l’expression de ma haute considération,

VOS APPELS : arabe ou anglais. Vous pouvez également écrire dans votre propre langue.

Source: https://www.amnesty.be/veux-agir/agir-ligne/ecrire-lettres/article/avocate-defenseure-droits-detenue-accusee-terrorisme?utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=NEWSLETTER-ART-0016